Paul Moreira et Stéphane Haumant parlent de Novembre 2004

7 05 2007

Ce second volet du “making of” de mon documentaire sur la couverture médiatique de la crise ivoirienne est consacré aux témoignages de deux journalistes de Canal+, la chaîne dont les images ont transformé le regard de bien des gens sur la crise ivoirienne. La semaine prochaine, je vous propose un petit retour en arrière, aux origines médiatiques de la crise.

Le 4 Novembre 2004, sur ordre du président Laurent Gbagbo, l’armée ivoirienne entame l’opération César – qui sera connue par la suite sous le nom d’opération Dignité. L’objectif est, sinon la reprise totale de la zone nord, du moins une mise sous pression militaire pour ramener les rebelles à la table des négociations.

Dès que Stéphane Haumant apprend que les attaques ont commencé, il décide de repartir à Abidjan. Mais cette fois-ci, il ne s’agira plus d’un repérage: il part avec toute son équipe (composée de trois personnes: lui-même, Jérôme Pin et Laurent Cassoulet) pour tourner son sujet sur les conditions de vie des Français de Côte d’Ivoire. Du moins le croit-il. Dès le 5 novembre, leur avion attérit à l’aéroport d’Abidjan – qui n’est pas encore fermé ce jour-là.

Le 6, c’est le fameux bombardement du camp militaire français de Bouaké dans des conditions encore mystérieuses aujourd’hui. La réponse du pouvoir politique français sera déterminante: sur ordre de Jacques Chirac, l’aviation ivoirienne est détruite par les forces françaises. Quelques heures plus tard, lorsque Charles Blé Goudé va à la RTI pour appeler les Ivoiriens à descendre sur le BIMA pour protester, Stéphane et son équipe sont à l’hotel. Ils n’en sortiront plus ce soir-là: ils sont au coeur du scoop.

STEPHANE HAUMANT (CANAL +) PARLE: suite et fin

Une foule en marche
“Le 6, en milieu de journée, l’aéroport est fermé et on se retrouve un peu par hasard à notre hotel, le Novotel du Plateau. Et on commence à tourner notre film avec les premières informations: Blé Goudé qui appelle les Patriotes à descendre dans la rue, et puis l’enchainement… On filmait les Jeunes Patriotes qui affluaient vers les ponts de notre chambre d’hotel. On avait choisi le Novotel parce que je savais que c’était un bon point d’observation puisque j’étais là cinq ans auparavant et qu’il s’était passé exactement la même chose (en octobre 2000). Sauf que cette fois, Blé Goudé a appelé les Patriotes à marcher sur le BIMA. Ils affluent donc en début de soirée sur les ponts pour atteindre le BIMA. Et puis vers 22h, ça commence à exploser dans le ciel, donc on ne comprend pas du tout ce qui se passe. On file sur le toit de l’hotel et peu à peu, on comprend qu’il y a des rotations d’hélicoptères qu’on dévine français qui tirent sur les ponts pour empêcher les manifestants de passer. Puisque c’est un flot de quelques dizaines de milliers de personnes au moins, si ce n’est peut-être de centaines de milliers; c’est difficile à évaluer, mais c’est beaucoup beaucoup de monde.”

Message de Blé Goudé à la télévision

“Evidemment, quand Blé Goudé passe à la télévision, il ne dit pas: “nous avons bombardé Bouaké, nous avons tué neuf Français”. Il dit simplement à peu près ceci: “L’armée ivoirienne vient d’être rasée par l’armée française: ça suffit, il est temps de mettre dehors cette armée d’occupation; je vous demande d’aller déloger les militaires du 43ème BIMA.” Les Jeunes Patriotes sont les premiers dans la rue, mais il y a des dizaines de milliers d’Ivoiriens qui ne sont pas Jeunes Patriotes, mais qui sont juste hallucinés d’apprendre qu’en quelques minutes leur aviation a été rasée par la France. Ils ne comprennent pas du tout pourquoi. Donc par colère, par nationalisme, ou par patriotisme – je ne sais pas – ils descendent dans la rue et du coup ça fait une énorme masse, bien plus nombreuse sans doute que les quelques milliers de militants encartés comme Jeunes Patriotes.”

Moment médiatique, moment historique 

“Je crois savoir qu’on est les seuls sur place. Donc ça, professionnellement, c’est intéressant. Je sais que tous les aéroports sont fermés, mais je ne sais pas s’il n’y a pas quelques journalistes déjà sur place comme nous, ou d’autres qui ont pu prendre les derniers vols ou qui sont arrivés par la route. Donc je me dis qu’on doit être à peu près les seuls, qu’en tout cas il ne doit pas y avoir beaucoup d’équipes. Je ne sais pas si ce sera un scoop parce que je ne pense pas que les Français soient spécialement intéressés par ce qui se passe en Côte d’Ivoire, mais professionellement c’est intéressant, surtout si on est les seuls. Et par rapport à l’histoire de la Côte d’Ivoire, je me doute bien qu’on est en train de vivre quelque chose de très important, même si je ne sais pas comment ça va tourner parce qu’il y a neuf morts français et que je sais bien qu’il y a très longtemps que ce n’est pas arrivé et que c’est forcément très grave. La France ne va pas laisser passer ça, d’autant qu’elle en veut beaucoup à Gbagbo, et donc je me demande si on ne va pas vers un coup d’Etat. Mais si coup d’Etat il y a, peut-être que le Nord va en profiter pour marcher sur le Sud, ce qui peut entraîner une guerre civile. Le contexte fait qu’il peut se passer beaucoup de choses qui peuvent être decisives pour la Côte d’Ivoire. En tous cas, même si ça ne va pas aussi loin, voir une foule nombreuse marcher sur une armée, même bien équipée, c’est impressionnant. Et c’est compliqué de contrôler des centaines de milliers de gens. Au moins, nous sommes bien placés pour filmer des choses passionnantes.”

La tension monte

“Dès le 6 dans l’après-midi, dès que j’apprends ce qui s’est passé à Bouaké, j’appelle mon contact français avec qui je dois tourner. Il est dans sa voiture. Il doit être 15 ou 16h. Il me dit au téléphone: “Ecoute, on oublie le tournage. Je ne peux pas venir te voir. Ce qui se passe est très grave. Je rentre tout de suite chez moi. Et puis là, je vois un attroupement en face de moi. Je te laisse.” Et il coupe. Bon, je le connais. C’est un mec plein de sang froid. Je sens à son ton paniqué que ce qui se passe est grave, parce qu’il est plus sensible que moi à ce qui est en train de se passer. Je le rappelle le soir même. Il est à son domicile. Il me parle assez brièvement. Ils ont tout éteint. Il me dit: “C’est chaud; je ne sais pas ce qui va se passer.” Et pendant qu’il me parle, j’entends des rafales de Kalashnikov en fond. Bon, on ne leur tire pas dessus, mais je sens bien que ça chauffe dans la ville. Ensuite, quand je vois ces centaines de milliers de gens qui deferlent sur les ponts – même si Blé Goudé a dit: “On met l’armée française dehors” – je comprends tout de suite que ça va chauffer pour les Français. Parce qu’un Blanc, militaire ou non, reste un Blanc. Et la colère, et l’alcool, et la nuit, et la fatigue aidant, ça va forcément dégénérer. Donc, dès le début, nous savons que ça va être chaud pour les Blancs. Moi, à la seconde où on m’a dit que l’armée française a rasé l’aviation ivoirienne, à cette seconde-là, j’ai compris avec toute mon équipe que c’était parti. Donc on a mis quelques affaires dans un sac, on a sorti les caméras, mis tout dans le coffre, et on s’est dit “Maintentant, on va voir ce qui se passe, on tourne”. Mais on savait que c’était parti pour une escalade inévitable.”

Tournage à haut risque

“Toute la nuit du 6 ça bombarde. Le 7 au matin, j’appelle les Jeunes Patriotes en leur disant: “Je vais voir ce qui se passe en ville”. Ils me disent: “Pas question, tu bouges pas; c’est trop dangereux.” J’appelle mon contact français qui me dit: “J’ai le numéro d’un commissaire de police. Il va venir vous chercher avec des hommes. Mais tout ce qu’ils peuvent faire, c’est t’amener aux militaires français les plus proches parce qu’on ne peut pas circuler.” Donc, le 7 au matin, un flic ivoirien vient me prendre en voiture. On traverse les rues vides en prenant tous les sens interdits et il nous amène à peu près un kilomètre de là, au pied du pont. Là, on se retrouve avec les militaires français, donc en totale sécurité. On filme la journée des militaires français, des contrôles de passeport sur les ponts, quelques exflitrations, etc. On passe donc plus ou moins la journée avec les militaires. Le 8 au soir, on va au BIMA, on filme les refugiés français qui arrivent au camp. Dans la nuit, on passe la nuit chez notre contact français. Et le 9 au matin, il nous dit: “Bon, je pense que ca s’est calmé, on peut sortir.” On prend donc son 4X4, sans aucune arme ni escorte. Et je savais que ça chauffait un peu côté Hotel Ivoire, donc on part vers l’Hotel Ivoire. Donc, c’est seulement le 9 au matin qu’on a pu sortir sans protection armée.”

La partialité des médias nationaux

“On a deux sources principales d’information officielle. Du côté de la télévision française (i-Télé et LCI), ce qu’on entend, c’est: “Déchainement de violence contre les Français. Les Ivoiriens ont tué neuf soldats, et maintenant ils s’attaquent à nos Français.” C’est tout. Côté ivoirien (la RTI), c’est: “La France nous attaque. Elle a rasé notre aviation. L’armée française est dans la ville. Ils veulent la fin de Laurent Gbagbo.” Voilà. Il y a donc deux versions totalement différentes. Moi j’ai les deux versions, ce qui me permet de reconstituer la réalité. Par ailleurs, je suis en contact permanent, à peu près dix fois par jour, et avec l’armée française (qui me donnent certaines informations), et avec les proches de Blé Goudé (qui m’en donnent d’autres), et avec plusieurs entrepreneurs français sur place (qui m’en donnent encore d’autres). Donc avec tout ça, à chaque moment, je sais à peu près qui a peur, qui attaque, qui se défend, ce qui est vrai, ce qui ressemble un peu à de l’intox ou ce qui est parcellaire. Et en gros, chacun a une petite part de vérité; et il y a énormément de rumeurs qui circulent.”

Rumeurs invérifiées et légendes urbaines

“Par exemple, un Français m’appelle à un moment et me dit qu’il y a dix cadavres de Français sans tête qui ont été retrouvés dans la lagune. Donc je commence par passer des coups de fil peu partout pendant quarante-huit heures. A Licorne, on me dit: “Non, ce n’est pas vrai.” Je me dit: “Ils me mentent. Ils savent des choses.” Je vais sur place. Je trouve un entrepreneur français de pompes funèbres, qui me dit face à la caméra, les yeux dans les yeux: “J’ai vu les dix cadavres; il y a dix cadavres de Blancs sans tête.” Là je me dit “waow”. Comme je fais des petites interventions sur RMC Info et sur i-Télé, je suis à deux doigts d’annonçer l’info. Mais je me dit que je n’ai pas vu les cadavres, donc je ne dis rien. Je continue de vérifier l’info. Je vais au BIMA. J’exige des explications. Je dis au porte-parole: “Vous n’avez pas le droit de nous cacher ça. Dix Blancs décapités, vous ne vous rendez pas compte, etc.” Ils me donnent leur parole d’officiers que ce n’est pas vrai. Pourtant j’ai enregistré le mec qui me l’a dit face caméra. Au final, pour ce que j’en sais, ce n’est qu’une rumeur. Mais il y a encore aujourd’hui des Blancs qui me demandent: “Pourquoi vous n’avez jamais parlé des dix corps de Français décapités?” Après les évènements, j’ai cherché à savoir. Je leur ai dit de me donner les noms de famille. Ce n’est quand même pas si compliqué. Je n’ai jamais eu les noms. Mais sur le moment, dans l’ébullition, j’étais près à le croire.”

Vous pourrez voir la suite de cette interview dans le film “Couper, Copier, Coller: les médias et la crise ivoirienne”. Dans un “making of” comme celui-ci, on ne peut pas tout mettre afin que vous puissiez découvrir des choses inédites dans la version finale du film. Voyons maintenant l’aventure du film après la “guerre des six jours”. En effet, une autre guerre commence alors: la bataille pour diffuser ces images en France où leur impact va se revéler capital. C’est Paul Moreira qui sera maintenant notre guide. Il était le rédacteur en chef de l’émission 90 Minutes et à ce titre responsable de la mise à l’antenne de l’enquête sur les évènements de novembre 2004. Vous pouvez également vous reporter à son livre sorti au début de l’année: Les Nouvelles Censures, dans les coulisses de la manipulation de l’information, dont le second chapître est consacré aux pressions politico-médiatiques dont ils ont fait l’objet en Novembre 2004.

PAUL MOREIRA (CANAL +) ACCUSE

Crimes de guerres

“L’armée française a commis en Côte d’Ivoire ce que la Convention de Genève appelle un crime de guerre. C’est-à-dire qu’elle a tiré sur des manifestations de civils désarmés avec des armes léthales. Il y a eu un déséquilibre monstrueux dans le rapport entre le niveau de danger auquel était soumis les militaires et les moyens employés. Et nous l’avons prouvé par l’image. On a pu filmer les incidents sur les ponts, quand on voit clairement des manifestations de civils qui sont prises pour cibles par des hélicoptères de combat. Puis on a mis en lumière qu’une manifestation quelques jours plus tard devant l’Hotel Ivoire a été dispersée à l’arme de guerre.”

Mensonge d’Etat

“C’est un mensonge d’Etat parce que dans un premier temps, ce qui est dit dès le lendemain, c’est que jamais l’armée française n’a tiré dans la foule. Les seuls tirs reconnus sont des tirs de sommation. Cela prendra en gros vingt jours pour que cette version évolue, lentement, par à-coups, jusqu’à ce que la ministre Michelle Alliot-Marie reconnaisse la veille ou l’avant-veille de la diffusion de notre enquête qu’il peut arriver que dans des situations de légitime défense ”élargie” – c’est un concept qu’on a forgé pour l’occasion – l’armée française fasse un usage total de ses armes; notamment sur les ponts et à l’Hotel Ivoire. Or entre ces deux déclarations, c’est la nuit et le jour, puisque dans un cas on vous dit: “Non, on n’a jamais fait usage de nos armes – juste des tirs de sommation.” Et dans l’autre, on vous dit: “Oui, dans certains cas, nous avons été obligés de faire usage de nos armes.” Entre temps, il a été dit qu’il s’agissait d’échanges de feu entre des manifestants armés et des gendarmes ivoiriens venus s’interposer entre les manifestants et l’armée française. Puis, on a dit que c’était l’armée française qui a été obligée de tirer pour sauver la vie de gendarmes ivoiriens. Puis que c’était les gendarmes ivoiriens qui s’étaient retournés contre l’armée française. Enfin, on a dit que c’était des types qui étaient montés sur des chars détenus par des troupes d’élite et qui avaient armé une mitrailleuse française. J’oubliais aussi la version disant que c’étaient des snipers israéliens travaillant pour le pouvoir ivoirien qui avaient tiré dans la foule pour tuer quelques personnes et surexciter les manifestants.”

Comment “on” étouffe un massacre

“Moi, je rapproche cette histoire de ce qui s’est passé le 17 octobre 1961 à Paris, pendant la guerre d’Algérie. Ce jour-là, le prefet de police Maurice Papon avait donné l’ordre à la police française d’être d’une extrême fermeté avec des manifestations d’algériens, des civils désarmés. Et il y avait eu au moins une centaine de morts, d’algériens tués, certains jetés à la Seine en plein Paris, parfois tués quasiment dans les halls des grands journaux parisiens. Et personne n’en a parlé. Il a fallu attendre en gros trente ans pour que la vérité soit faite. Je me suis toujours intéressé aux questions d’immigration et aux aspects violents de l’après-colonialisme français; et je me suis toujours dit qu’on avait étouffé un massacre, mais que c’était une époque particulière: 1961, pas de caméras, pas d’images, la presse était beaucoup plus tenue, etc. Et là où cette histoire ivoirienne m’a surpris, c’est qu’elle a lieu en plein époque de l’image, que les images circulaient, qu’elles étaient criantes d’évidence, et que malgré tout, on a étouffé ce qui s’est passé à Abidjan en novembre 2004.”

Les médias complices d’un crime de guerre

“On a étouffé un massacre. Et quand je dis “on”, je veux parler des journaux de gauche, comme Libération, qui a repris la version officielle de l’armée française. Le Monde aussi. Seuls le Canard Enchaîné, i-Télévision et Canal+, et peut-être Marianne, sont allés au-delà de ce que l’armée française a fourni en termes de communication. C’est un énorme embarras pour je pense l’ensemble de notre profession, et c’est pour ça que mon livre est un petit peu boycotté par un certain nombre de grands médias, notamment ceux que je viens de vous citer. Parce qu’au fond, en tant que journalistes, on s’est rendu complices d’un crime de guerre. Alors que personne ne nie ce que nous avons montré. Même la ministre, assez honnêtement d’ailleurs, a reconnu finalement les faits. Malgré cela, pas de réaction: on peut tuer autant de personnes. Imaginez ça boulevard de la Madeleine, sur des viticulteurs. On en parlerait encore. Ce serait un scandale. J’en ai discuté plus tard avec des militaires que je connais, parce qu’il y a des gens formidables dans l’armée française – je tiens à dire -, et qui m’ont dit: “Je ne sais pas comment les tireurs d’élite se sont regardés dans la glace le lendemain, parce qu’ils n’étaient pas obligés de tirer. Parce qu’on ne tire pas sur les manifestants.” En France, on a eu Mai 68 qui étaient des émeures d’une violence extraordinaire, c’est pas le dizième de ce qui est arrivé devant l’Hotel Ivoire.”

Une nouvelle forme de censure

“C’est le deni qui est extraordinaire. Il y avait une cellule au ministère de la defense, que j’appelle une “cellule d’infirmation”, parce qu’ils infirmaient tout ce que nous affirmions. J’ai eu affaire à eux. Tous les arguments étaient bons. Il ne s’agissait pas de nous censurer, évidemment, puisqu’aujourd’hui la censure n’est plus opérante. Il faut convaincre, séduire, détordre. Mais enfin dans ce cas précis, c’est quand même hallucinant, parce que les images existaient. On n’est pas sur quelque chose de tengeant. Et donc, ils disaient aux journalistes: “Non, mais, on ne les voit pas, mais il y a des types armés [parmi les manifestants].”

Vous pourrez en apprendre plus sur les nouvelles techniques de manipulation de l’information dans le livre de Paul Moreira: Les Nouvelles Censures, dans les coulisses de la manipulation de l’information (Robert Laffont, 2007). Mais pour comprendre comment les choses se sont vraiment passées dans cette guerre de l’information qu’est la crise ivoirienne, il vous faudra attendre quelques mois pour voir le film “Couper, Copier, Coller”. Ou lire tous les lundis mon billet hebdomadaire dans le Courrier d’Abidjan et sur le blog du film: https://coupercoller.wordpress.com


Actions

Information

6 responses

28 05 2007
CONVERSATION AVEC CHRISTIAN HARBULOT « couper, copier, coller

[…] de Gbagbo mais sur les évènements comme la fameuse manifestation devant l’hôtel Ivoire, l’équipe de Canal Plus a présenté une version des faits très orientée. Le doute était mis sur l’attitude des forces […]

1 06 2007
gingercamel

Article tres interessant. J’etais a l’Hotel Ivoire d’Abidjan ce jour la. Comme l’etaient aussi beaucoup de mes connaissances. Je crois sincerement que face a cette censure voilee, il faudrait peut-etre apprendre a utiliser des outils tels YouTube.com . Je me demande bien si les videos tournees, par ceux des Ivoiriens qui disposaient de cameras digitales ce jour la, peuvent etre vues sur ce dernier site. Faudrait peut etre conseiller a ceux qui detiennent encore ces images de les publier sur ce genre de site. Non pas pour reveiller de vieilles blessures, juste par soucis d’information.

2 06 2007
coupercoller

Merci pour cette contribution Gingercamel. 100% d’accord avec votre point de vue. Nous cherchons en ce moment-même toutes ces images pour les mettre en ligne, et garder les plus intéressantes pour le documentaire. Donc, si vous connaissez des personnes qui possèdent des films inédits, nous sommes preneurs. Beaucoup n’ont pas encore tout à fait compris l’impact de sites comme YouTube ou Myspace. Nous allons le leur montrer.

2 06 2007
gingercamel

A propos de la these “conspiracy theorie”…
Peut-etre qu’il existe vraiment un ensemble de groupes, d’institutions ou de personnes dont les interets sont antagonistes de ceux de l’Afrique. On ne peut pas oublier tout de meme que des dirigeants occidentaux se sont reunis a une epoque, pas si lointaine que nous le pensons (19eme siecle) pour decider du partage de l’Afrique. Les africains n’etaient pas invites a cette reunion. Il s’est donc pris des decisions concernant le futur du continent Africain sans pour autant que les Africains aient leur avis a donner. Peut-on alors dire que a l’epoque il y avait veritablement une conspiration contre l’Afrique?

Pouvons nous dire que cette epoque est revolue? Les termes des accords qui lient nos pays, depuis les independances, a l’ancienne metropole (la France), sont-ils seulement connus des citoyens de ces pays? Probablement non. Ainsi quand les matieres premieres d’un pays comme la Cote d’Ivoire sont prioritairement mise a la disposition de la France, sans que le citoyen moyen n’en est aucune idee, peut-on legitiment voir en cela une conspiration contre l’Afrique?

Le mot conspiration evoque l’idee de personnes, ou entites, s’entendant de maniere secrete au detriment d’une autre ou de plusieurs autres personnes. Que sait l’Africain moyen des processus de decisions amenant un pays comme la France a supporter ou a rejeter tel ou tel dirigeant Africain. En substance rien. Les decisions se prennent-elles selon des criteres tels la bonne gouvernance, la legitimite democratique, l’ordre constitutionnel? Certains dirigeant supportes par la France sont des putchists, d’autres des presidents a vie et certains, il faut l’admettre, des democrates. Les criteres semblent etre autres, et pas toujours dans l’interet des Africains. Alors, etant donne que nous ne connaissons pas les criteres qui poussent les occidentaux a supporter ou “degommer” tel leader Africain, nous ne pouvons que constater qu’il y a secret. D’ou l’extrapolation que certains jeunes Africains font en parlant de conspiration. La logique semble plutot economique. Beaucoup ont l’impression que les dirigeant occidentaux sont plus interesses par les ressources (energetiques, minieres) Africaines que par le sort des Africains. Cela semble pour beaucoup de jeunes Africains instruits, et non une fraction marginale, la triste realite d’un monde qui a vu leurs ancetres mis en esclavage et sous tutelle coloniale pour des raisons purement economiques. Le monde a-t-il donc change? Ou bien ce monde dans lequel nous vivons n’est-il pas tout simplement la continuation du passe? Conspiration ou pas, les resultats sont la:

* un monde occidentale puissant,

* une Afrique meurtrie.

On dit souvent chez nous, quand on frappe un enfant on ne peut l’empeche de pleurer. On ne peut retirer aux jeunes tels Ble et les patriotes leur droit a s’approprier la realite qui est la leur. Une realite de rapport clairement defavorable pour l’Afrique au benefice des anciennes colonies.
Ceci dit, il faut savoir conserver le debat sur le terrain du discours et ne pas se laisser entraine a des debordement violent. Il serait donc interessant pour les jeunesses Africaines, en general, et les jeunes Patriotes, en particulier, de renforcer leur image (si cela n’est deja fait) d’intellectuels et de faire progressivement oublier les debordement (reels) qui se sont produits.

2 06 2007
3 06 2007
Conversations avec Michel Galy « couper, copier, coller

[…] provoqué un retournement immédiat de l’opinion nationale et internationale sitôt connues les images de Canal Plus. Le crime de guerre s’est doublé d’un mensonge d’Etat relayé par les […]

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s




%d bloggers like this: